Récits - 7

Souscrire au flux RSS du blog

Récits est une rubrique à base de nouvelles. Mises bout à bout, elles constitueront - peut-être, peut-être pas - un tout.
Aujourd'hui :

UN BON FILM

À chaque fois qu'elle le croisait dans la cage d'escalier de son immeuble, l'ascenseur ou la rue, elle avait le sentiment de frôler Jean Dujardin. Il lui disait bonjour en la regardant droit dans les yeux, avec un léger sourire séduisant, et un regard qui chuchotait : c'est quand tu veux cocotte… 
Elle savait que tout ça, c'était un peu son délire à elle. C'était dans sa tête. Pas la ressemblance avec Jean Dujardin, non, mais l'invitation. Un gars comme ça, ça se fout d'une fille comme moi. Voilà ce qu'elle se disait, tout net tout propre. Parce que, quand elle se croisait dans un miroir, le reflet d'une vitrine ou le creux de sa main, elle voyait bien qu'elle ne ressemblait pas à Alexandra Lamy.
Non, elle, c'était plutôt le genre Mimi Mathy. De son vrai nom Michèle Mathy, humoriste et actrice française, née le 8 juillet 1957 à Lyon, principalement connue pour son rôle dans la série télévisée Joséphine, ange gardien et atteinte d'achondroplasie, ce qui explique sa petite taille de 1,32 m.
Bon, elle mesurait 1,45m, c'était déjà mieux que Mimi Mathy… mais elle ne s'appelait pas Michèle Mathy justement, et ça… Peut-être que si elle avait eu la carrière de Mimi, elle aurait pu jouer avec Jean Dujardin. Peut-être une histoire d'amour, qui sait ? Ils auraient eu une séquence où… hop et hop. Pourquoi pas ? On ne voit pas ce genre de choses au cinéma. Bon, d'accord, il y avait eu Intouchables, un paraplégique sur son fauteuil roulant et un beau noir, mais c'était une histoire d'amour entre deux hommes. Enfin, c'est comme ça qu'elle avait vu le film. D'ailleurs c'était en le regardant qu'elle avait imaginé un film avec Mimi Mathy et Jean Dujardin. Plus précisément avec Elle, et Jean Dujardin. Elle dans un fauteuil roulant, Dujardin en beau noir. Depuis, elle y pensait souvent. Mais voilà, tout ça c'était dans sa tête à elle. Un gars comme ça, ça se fout d'une fille comme moi, tout net tout propre.
Et puis franchement, comment Jean Dujardin pourrait quitter Alexandra Paulette Mathilde Lamy, née le 14 octobre 1971 à Villecresnes (Val-de-Marne), 1,75m, sœur aînée de l'actrice et humoriste Audrey Lamy ? Qui plus est, mère de Chloé, qu'elle a eue avec l'acteur d'origine suisse Thomas Jouannet et dont elle se sépare en 2003, année où elle rencontre Dujardin sur le tournage de la série Un gars, une fille… Et quand on songe que son cousin, François Lamy, est le député-maire de Palaiseau, sous-préfecture de l'Essonne, devenu le 16 mai 2012 ministre délégué à la Ville du Gouvernement Jean-Marc Ayrault, on imagine absolument pas Jean Dujardin divorcer d'Alexandra pour Mimi Mathy. Pour Najat Vallaud-Belkacem - née Najat Belkacem le 4 octobre 1977 à Beni Chiker au Maroc, 1,66m, conseillère générale socialiste, nommée le 16 mai 2012 ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault - à la rigueur et encore… mais pour Mimi Mathy, non, franchement impossible. Dans tes rêves voilà ce qu'elle se disait. Tout net tout propre.
Mais, faudrait pas croire qu'elle avait de la jalousie pour Alexandra. Aucunement. Elle la trouvait élégante. Qu'elle soit en col roulé blanc ou en robe de soirée. Ce qui lui plaisait par-dessus tout était son regard gris bleu, à peine teinté de tristesse et troublant son sourire franc, net, propre. Et puis bon, son corps quoi. Tonique, fin. Son cou, long, droit. Tout le contraire d'elle, qu'on prenait pour un boulet abandonné sur le trottoir quand elle avait un col roulé, qu'il soit blanc, noir ou rose.
Elle avait des rêves où elle était Alexandra. Jean rentrait d'une journée tournage et elle lui sautait dessus. Parfois c'était l'inverse, elle revenait d'une journée de tournage et Dujardin lui sautait dessus. C'était d'ailleurs dans ce schéma-là qu'elle jouissait le plus fort, dans son lit, la nuit, seule. On ne commande pas ses rêves et elle regrettait de ne pas le faire plus souvent. Alors, quand elle croisait le sosie de Jean Dujardin, elle se disait que la réalité valait mieux que les rêves. Que si elle arrivait à lui sauter dessus… Waou !… Mais deux secondes plus tard il n'était déjà plus là et elle s'en retournait à ses rêves, à son Intouchables à elle, à son film.

Son patron, président d'une grande et vénérable institution publique, le Centre National de la Cinématographie, avait dit, lors de son arrivée en poste : "Nous sommes tous d’accord qu’un bon film, c’est d’abord une bonne histoire". Les petits-fours avaient fait le reste. La phrase l'avait marqué, et c'est ce qu'elle faisait, elle se racontait une bonne histoire pour se faire un bon film. Elle était Mimi Mathy et Jean Dujardin la sautait.

 

© Alain Raoust -HomeFilms 2013 / et Wikipédia…

Lire la suite…